samedi 25 avril 2015

1207. Ses yeux pastel aux teintes de nymphéas épousent toutes les nuances de bleu et mauve, selon le soleil. *

*citation tirée du livre 

Cette année je tente de chroniquer plus régulièrement les livres que je lis. Je ne m'en sors pas si mal, même si j'avoue avoir un retard fou. Quoiqu'il y ait des livres qui ne méritent pas que j'en parle ici. Avant je me forçais systématiquement à finir un livre que je commençais. Maintenant, (vu ma PAL) je ne me force plus.

garantie sans spoilers comme toujours




Nymphéas noirs 
de Michel Bussi
édition Pocket


De quoi ça parle:

Giverny, ses jardins, ses peintres, ses touristes, son commissariat, sa petite vieille, ses meurtres... Et je n'en dirai pas plus.





La quatrième de couverture:

Le jour paraît sur Giverny. 
Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes... Des silhouettes et des vies. 
Deux femmes, en particuliers, se détachent: l'une, les yeux couleurs nymphéas, rêve d'amour et d'évasion ; l'autre onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. 
Deux femmes qui vont se trouver au cœur d'un tourbillon orageux. 
Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé.

Pourquoi j'ai choisi ce livre:

L'an dernier, j'avais découvert Michel Bussi avec Un avion sans elle. Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais j'avais adoré ce livre dont l'action se déroule tantôt à Paris, ville où je vis désormais (ou presque), tantôt à Dieppe, ville où je suis née et où vit une partie de ma famille.
Alors comment ne pas craquer pour Nymphéas noirs qui se déroule à Giverny et à Rouen, ville où je veux retourner, et qui parle de Monet, l'un de mes peintres préféré ?


Ce que j'en ai pensé:

La couverture et le titre du livre m'ont fait immédiatement penser à Monet et c'est normal. L'intrigue toute entière de ce livre est basée sur le célèbre tableau des Nymphéas de Monet. L'histoire se déroule d'ailleurs à Giverny, là où il vivait, là où il peignait. Alors soyez prévenus dès le départ, après cette lecture vous aurez forcément envie d'aller visiter sa maison et ses jardins. Car chaque fait se rapportant au village ou à la vie du peintre est réel.


L'histoire maintenant!
« Trois femmes vivaient dans un village. 
La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoïste. 
Elles possédaient pourtant un point commun, un secret en quelque sorte … »

Dès le départ nous sommes prévenus, un meurtre a été commis à Giverny et ça ne sera pas le dernier. Trois femmes, deux mourront. La vieille, pénible qui épie tout le monde, donne son avis sur tout et râle sur les touristes? La jolie enseignante au regard mélancolique et au mari jaloux ? Ou la jeune Fanette douée pour la peinture et qui va tenter de gagner le concours.
Rapidement on s'attache à toutes les trois et on a envie de toutes les protéger.

Sauf que voilà, l'enquête n'est pas de trouver qui va tuer deux de ces femmes. On chercher à trouver qui est le meurtrier de Jérôme Morval, un ophtalmologue réputé qui semblait avoir une passion pour les Nymphéas de Monet.
Ça tombe bien, il possède une magnifique maison à Giverny, enfin il possédait.
Jérome Morval était aussi un homme à femme, d'ailleurs la petite institutrice ... Voilà la piste qu'a choisi de suivre Laurenç Sérénac, l'inspecteur qui enquête sur ce crime. Pour lui, l'identité de l'assassin ne fait aucun doute, mais il n'a aucune preuve concrète, juste une intuition.  Seulement un inspecteur peut-il se fier à son intuition? Surtout quand les jolis yeux couleur nymphéas semblent empiéter sur sa raison.

Quoi qu'il en soit, l'intrigue est passionnante. Chaque chapitre nous laisse avec plus de questions sans réponses. On avance rapide dans l'histoire sans pourtant parvenir à se rapprocher de sa conclusion. Et ce n'est pas faute d'avoir tenté différentes théories. A aucun moment je n'ai été proche de la solution. Quoique si, en un sens, mais non finalement.
Quant à la résolution de l'intrigue, elle est tellement surprenante et inattendue que j'ai encore l'impression d'avoir été bernée en beauté.

 Conclusion : EXCELLENT - TRÈS BIEN - BIEN - PASSABLE – NUL

...............................................
Si vous avez aimé cet article:
Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Lu et adoré aussi comme tous les Bussi. J'adore j'adore. Comme toi j'ai beau faire mes théories me dire que cette fois j'ai trouvé, je me ais avoir à chaque fois !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai reçu à Noël "Un avion sans elle", par la blogueuse Soie (d'ailleurs, je lui ai envoyé un mail il y a quelques temps et je n'ai pas de nouvelles, ça m'inquiète). Je n'ai pas encore pris le temps de le lire, mais tout le monde en dit du bien alors je vais sûrement me le tenter bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mince aucune info pour Soie, tu as eu une réponse depuis?
      Il faut que tu le lises !!!

      Supprimer

Lorsque vous laissez un commentaire (merci, merci, merci) n'oubliez pas de laisser un lien vers votre blog, que la curieuse que je suis passe y faire un tour.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
 

Copyright © 2010 Vie de Conte de fée | Blogger Templates by Splashy Templates | Free PSD Design by Amuki