jeudi 7 mai 2009

(270) Quand certaines subissent la torture des talons hauts, la chinoise elle préférait les petits pieds

(288) Quand certaines subissent la torture des talons hauts, la chinoises elles préféraient les petits pieds
Véritables chaussures de femmes chinoises XIXème siècle.

Images réelles des pieds des
chinoises, attention images choquantes.


La coutume consistant à réduire la taille des pieds connait un grand développement sous les Ming. Pour certains, sa généralisation remonterait à la période d'occupation mongole, lorsque les Chinois vaincus confinèrent leurs épouses et leurs filles à l'intérieur des maisons... de manière à les soustraire à la concupiscence des envahisseurs. Quoi qu'il en soit, cette pratique s'est imposée progressivement aux femmes de diverses classes de la société, y compris les paysannes.



L'opération consiste à serrer étroitement le pied d'une fillette de trois ou quatre ans à l'aide de bandelettes, dans le but de tordre le pouce et de comprimer la voute plantaire. C'est un processus long et qui ne va pas sans douleurs. Suivant le caractère plus ou moins strict et la durée de ce traitement, les pieds sont soit simplement réduits, ce qui semble avoir été l'objectif initial, soit littéralement atrophiés, jusqu'à pouvoir tenir dans la paume de la main, comme on le constate de plus en plus fréquemment à partir des Ming .Les femmes gardent leurs bandelettes aux pieds nuit et jour. Il faut insister sur le fait que la responsabilité de bander les pieds des fillettes revient aux mères. Elles acceptent d'autant plus facilement cette torture que la possession de petits pieds est un attrait et qu'elle valorise socialement la femme. Un femme aux « pieds naturels » (tianzu) passe pour peu attractive et perd tout espoir d'ascension sociale, par mariage ou par concubinage. D'ailleurs, ne juge t'on pas de la beauté des courtisanes en fonction de la taille de leurs pieds ?Outre l'attraction particulière des petits pieds auprès des hommes de l'époque, ils confèrent aux femmes un démarche hésitante, supposée contribuer à leur grâce naturelle. Bien que cette mode soit jugée barbare par certains Chinois éclairés mais aussi par la plupart des peuples voisins de l'empire Ming, tels que les Coréens ou les Japonais, elle prend une telle ampleur que les femmes Mandchoues, à qui cette pratique est rigoureusement interdite et qui conservent leurs vêtements « nationaux », prendront l'habitude de porter des chaussures dont la semelle se rétrécit sous le coup de pied, donnant ainsi l'illusion de posséder de petits pieds Cet artifice leur permet d'imiter la démarche mal assurée mais gracieuse des chinoises aux pieds mutilés..

L'impératrice Cixi (née en 1835) n'a pas les pieds bandés car c'est une Mandchoue. Et les Mandchous ont l'obligation de pratiquer les arts et les sports de leurs ancêtres : notamment l'équitation .C'est pourquoi les femmes Mandchoues ne peuvent se bander les pieds.



La pratique des pieds bandés est interdite par Cixi en 1902.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Lorsque vous laissez un commentaire (merci, merci, merci) n'oubliez pas de laisser un lien vers votre blog, que la curieuse que je suis passe y faire un tour.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
 

Copyright © 2010 Vie de Conte de fée | Blogger Templates by Splashy Templates | Free PSD Design by Amuki